jeudi 22 juillet 2010

Autonomie

Je viens de vivre un an de rencontres intensives (1 à 2 fois par semaine) avec un être réalisé. J’avais une envie d’autonomie mais sa présence était une telle aide, un tel raccourci, que je ne pouvais pas arrêter d’aller le voir.

Depuis quelques mois, des obstacles commençaient à se manifester juste avant mon départ pour un de ses séminaires. Des perturbations émotionnelles qui apparaissaient 10 minutes avant l’heure à laquelle j’aurais du partir et qui disparaissaient 10 ou 20 minutes après : il était alors trop tard pour y aller. Parallèlement, j’avais un élève (je donne des cours de sciences) qui n’avait plus besoin de mes cours et je le lui disais mais il ne voulait pas arrêter. Et je me doutais bien qu’il pouvait s’agir d’un miroir concernant ma relation avec le maître.

J’en ai discuté avec cet être réalisé qui m’a rassurée sur le fait qu’il était tout à fait normal d’avoir moins besoin de ces séminaires.

Je vais donc le voir beaucoup moins souvent depuis deux mois et j’ai la surprise de voir se développer une autonomie. Je craignais de perdre la capacité à trouver une certaine mesure d’arrière-plan mais c’est tout le contraire qui se produit. Je suis comme rattrapée par cet arrière-plan qui s’impose naturellement, spontanément, qui est pratiquement toujours là, comme en fond d’écran. J’ai même l’impression que c’est encore plus là que quand j’allais régulièrement aux séminaires car il semble qu’alors je me reposais entièrement sur le maître. Et pourtant, il n’y a rien qui soit de l’ordre du faire dans cette autonomie mais l’arrière-plan est plus présent dans ma vie de tous les jours. Les rencontres avec le maître apportent une profondeur mais le reste du temps, il y a une sorte de stabilité dans ce vécu, petit à petit.

Je prends confiance dans le fait que je n’ai pas besoin de quelqu’un pour vivre cet arrière-plan, que c’est quelque chose qui est là en "moi-même", de soi-même. Il y a donc une compréhension qui s’intègre de plus en plus qu’il n’y a pas de personnes ou de lieux qui soient nécessaires à l’éveil, c’est tout le temps là « avec moi ». Une évidence bien sûr mais que je commence seulement à réellement toucher du doigt, à vivre.

Les premières semaines d’autonomie ont été rassurantes puisque qu’une certaine mesure d’arrière-plan était accessible mais j’avais souvent peur de la perdre. Surtout le matin au réveil, je craignais que cela ne revienne pas.

Mais, petit à petit, je me rends compte que c’est toujours là. A des degrés de profondeur divers mais toujours là. J’ai moins peur de le perdre et du coup moins peur d’écrire : les activités du mental sont moins perturbantes. Je le retrouve aussi après avoir écrit ou réfléchi et la confiance se développe.

Même quand il y a une perturbation émotionnelle, l’impact est moins durable. Il y a un accueil qui prend place dans les heures qui suivent et qui allège grandement le vécu. Ensuite, assez curieusement, un petit somme suffit à achever le nettoyage. Cela se fait tout seul.

Mais qu’est-ce que c’est que cet arrière-plan dont je parle ?

Comme je l’ai dit dans mon message précédent, ce n’est pas l’éveil car il y a encore une dualité.

Dans la conscience pure (éveil), il y a un sentiment d’être sans aucune référence : je ne suis pas quelqu’un ni quelque chose. L'utilisation du "je" n'a plus de sens. Il y a juste Être. Cela se manifeste sous forme de brefs aperçus pour le moment.

On pourrait dire que ce que je vis en ce moment au quotidien est une version un peu allégée de la dualité. Il y a plus de détente et d’interpénétration avec tout ce qui se manifeste. Il y a moins d'adhérence avec les pensées, les émotions, les perceptions. Et cela n'a rien de magique ou d'extraordinaire. Cest tout simple, naturel. C'est comme une passivité : je vois que cela s'agite en face de moi mais il n'y a rien qui s'agite à l'intérieur. A l'"intérieur", ça reste tranquille. Cela reste silencieux même dans le bruit des pensées. Et il ne s'agit pas d'une sorte de stupeur béate : cette passivité ou tranquillité est extrêmement lucide, consciente.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire