vendredi 30 avril 2010

Vision impersonnelle

Le passage de la vision personnelle à la vision impersonnelle est une sorte de recul en soi. J'ai noté quelques étapes dans ce basculement de la vision.

1) Concentration

Par moment, je vis ce basculement de la vision presque comme un mouvement de rocking chair : quand le rocking chair est en bascule avant, je suis dans les projections, complètement concentrée vers l'avant. C'est comme si toute ma conscience était restreinte sur la face avant de mon corps et dans son champ de vision. Cela me fait penser aux personnages de bande dessinée dont les yeux leur sortent de la tête tellement leur vision est concentrée en un point.

Je remarque souvent une concentration du même ordre quand j'observe mes pensées, quand j'observe ce qui s'élève : je suis à l'affût du moindre mouvement mais de façon presque obsessionnelle ;-). "Laissez vos pensées tranquilles !" disait le maître.

2) Prise de conscience de la concentration et lâcher prise

Juste avant le moment de bascule, la concentration est vue. Et la concentration se relâche à ce moment-là car l'intérêt de la focalisation disparaît. C'est un peu comme le papillon qui s'approcherait de la flamme, hypnotisé par elle, et qui prendrait conscience d'un seul coup de ce qu'il est en train de faire : l'intérêt pour la flamme disparaît instantanément. J'ai remarqué que ce désintérêt est grandement favorisé dans des moments de tristesse, quand tout espoir, même l'espoir de s'éveiller, est abandonné.

Il y a un accueil de ce qui est : les perceptions, sensations, pensées me traversent. Je me sens transparente, très détendue. Ce n'est pas quelque chose que je fais, c'est plutôt de l'ordre d'arrêter de faire.

Depuis plusieurs semaines, je ne favorisais plus ce mouvement de recul intérieur car je me demandais si c'était encore une stratégie. En fait, je pense que tout dépend de la façon dont cela prend place :
  • Il m'est arrivé, quand une situation ne me plaisait pas, d'enclencher ce recul. Dans ce cas-là, il n'y a pas accueil mais fuite. Et même si énergétiquement il se passe quelque chose, j'ai l'impression que c'est une impasse : il y a un certain lâcher prise mais il est limité, il ne semble pas mener à une vision totalement impersonnelle.
  • Dans mon vécu, quand le recul prend place à partir d'un véritable accueil, d'une fusion avec ce qui est, la vision devient impersonnelle.

3) Vision impersonnelle

Quand le rocking chair est en bascule arrière, la vision n'est plus concentrée, elle s'élargit jusqu'à ce que le regardeur disparaisse : la vision est alors impersonnelle, totalement ouverte.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire