vendredi 29 octobre 2010

Douleur et souffrance

En ce moment, l"état de mon corps entraîne des douleurs et des inconforts physiques. Le mental, quant à lui, est assez tranquille : pas ou peu de rumination. Et la douleur physique n'est pas si problématique quand le mental n'en fait pas toute une histoire !

Quand la mentalisation est faible, l'énergie augmente. Et ce malgré un corps en mauvaise santé. L'état du corps ne semble pas influer sur mon énergie. D'après ce que je constate, ce qui influe le plus sur mon niveau d'énergie, c'est s'il y a mentalisation ou non. Beaucoup d'énergie est dépensée, gaspillée par le mental. Mais à quoi cela sert-il ? Je sais d'expérience que cela ne diminue pas la douleur mais qu'au contraire, cela entraîne une souffrance : je souffre d'avoir mal. Ce qui pourrait se traduire par : "Je ne supporte pas d'avoir mal". Le corps a mal mais c'est le mental qui souffre. Et quand le mental n'entretient pas cette pensée de souffrance, la douleur semble être un évènement comme un autre. Ce qui ne veut pas dire que rien ne sera fait pour guérir ;-).

Un de mes proches s'apitoyait sur moi encore hier mais je lui ai dit que c'était juste une nouvelle aventure...

Souvent, lorsqu'un évènement inattendu se produit, nos désirs conscients ou inconscients sont contrariés. Les désirs conscients concernent toutes les situations que nous aimerions voir s'améliorer. Les désirs inconscients, de mon point de vue, sont toutes ces situations que je trouve normales, habituelles et dont il est inconsciemment attendu qu'elles continuent comme avant : que je reste en vie, que la voiture démarre normalement le matin, que je me réveille aussi en forme qu'au moment de me coucher,... Toutes ces petites choses que je crois aller de soi et qui me prennent tellement au dépourvu quand la vie ne répond pas à ces espérances cachées.

Mais quand le mental n'en rajoute pas, il y a juste une douleur physique ou un garagiste à rencontrer. Bref, quelque chose de nouveau dans ma vie. Si je ne labellise pas cette nouveauté comme étant bonne ou mauvaise, il n'y a pas ou peu de perturbation. La nouvelle aventure est intégrée.

C'est dans ces moments-là que je réalise à quel point nous sommes des créatures d'habitude. Qu'est-ce que je fais de vraiment nouveau chaque jour ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire